L' « enquête journalistique » suppose un travail de recherche sérieux et rigoureux

8 novembre 2011

Dans un jugement du 8 novembre 2011, le tribunal de première instance de Bruxelles a rappelé que lorsqu’un journaliste qualifie son travail d’ « enquête », cela laisse supposer, aux yeux du lecteur, un travail de recherche sérieux et rigoureux, particulièrement lorsque l’article est publié dans la presse spécialisée.

Tribunal de première instance de Bruxelles, 14ème chambre, 8 novembre 2011

Lorsqu’un journaliste qualifie son travail d’ « enquête », cela laisse supposer, aux yeux du lecteur, un travail de recherche sérieux et rigoureux, particulièrement lorsque l’article est publié dans la presse spécialisée.

Le tribunal de première instance de Bruxelles a constaté que tel n’avait pas été le cas à propos d’un article publié dans le magazine Trends Tendances, en décembre 2009, très critique à l'égard de la société Proximedia, élue à la même époque « entreprise de l’année ».

En l’espèce, le tribunal constate que certains propos ont été attribués abusivement à certains témoins cités dans l’article, que certaines informations importantes ont été celées, que le journaliste a écarté des témoignages contredisant son point de vue, qu’il attribue à Proximedia, sans la moindre preuve, des tentative d’intimidation, qu’il affirme, sans pouvoir le prouver d’une quelconque façon, que l’entreprise ferait l’objet d’une enquête des services du SPF Economie, qu’il s’est fié à certaines déclarations d’un ancien employé sans les vérifier à suffisance, etc.

Le tribunal en conclut que le journaliste a diffusé « des informations biaisées, voire erronées [qui] reposent sur des données et sources insuffisamment vérifiées ».

Le tribunal justifie la condamnation à faire publier le jugement au motif que si le public a le droit d’être informé de tout sujet d’intérêt général, il a également le droit d’être mis au courant des abus commis lors de la diffusion d’informations.

Ce jugement a été publié dans la revue Auteurs & Media, 2012, pp. 261 et suivantes.